Traduction de la Fatwa de l'Imam Ibn Taymiyya sur le Statut des Tatars avec Mise en Relation du Texte avec la Situation des Gouverneurs de notre Époque S'Affiliant à l'Islam

Publié le par Anti Talafiya

بسم الله الرحمن الرحيم

 

 

 

Traduction de la Fatwa de l'Imam Ibn Taymiyya sur le Statut des Tatars avec Mise en Relation du Texte avec la Situation des Gouverneurs de notre Époque S'Affiliant à l'Islam

 

 

 

 

steppe.jpgLa photo ci-contre nous montre un panorama d'un paysage de steppe en Mongolie. C'est sur ces terres que naquit Gengis Khân, le fondateur de l'Empire mongol. Son petit fils, Houlagou Khan, après avoir conquit Bagdad en 656 de l'hégire (1258 G), mit fin à la dysnatie abbaside en exécutant le calife Al-Mou'tasim Bi-llâh. L'avancée vers l'ouest des Mongols fut arrêté par les Mamelouks à la bataille de 'Ayn Jaloût («le puits de Goliath) en Syrie en 658 H / 1260 G. La fatwa d'Ibn Taymiyya sur les Tatars est extraite de l'ouvrage «majmou' al-fatâwâ» d'Ibn Taymiyya, édition 'A. R. ibn M. Ibn Qâsim , 37 tomes, Maktaba Al-Ma'arif, Rabat (Maroc), 1401 H / 1981 G – édition du roi Khalid. Pour la traduction de la fatwa, nous avons repris celle de Yahya Michot avec quelques modifications légères de notre part (nous avons par exemple remplacé le mot «Dieu»par «Allah», «tradition» par «sounna», etc).

 

 

 

 

 

 

Le Shaykh de l'Islam IbnTaymiyya -qu'Allah sanctifie son âme- a été interrogé comme suit :

 

ما تقول السادة العلماء أئمة الدين ـ رضي الله عنهم أجمعين، وأعانهم على بيان الحق المبين، وكشف غمرات الجاهلين والزائغين ـ فى هؤلاء التتار الذين يقدمون إلى الشام مرة بعد مرة، وتكلموا بالشهادتين، وانتسبوا إلى الإسلام، ولم يبقوا على الكفر الذى كانوا عليه فى أول الأمر، فهل يجب قتالهم أم لا‏؟‏ وما الحجة على قتالهم‏؟‏ وما مذاهب العلماء فى ذلك‏؟‏ وما حكم من كان معهم ممن يفر إليهم من عسكر المسلمين ـ الأمراء وغيرهم‏؟‏ وما حكم من قد أخرجوه معهم مكرها‏؟‏ وما حكم من يكون مع عسكرهم من المنتسبين إلى العلم والفقه والفقر والتصوف ونحو ذلك‏؟‏ وما يقال فيمن زعم أنهم مسلمون، والمقاتلون لهم مسلمون، وكلاهما ظالم، فلا يقاتل مع أحدهما، وفى قول من زعم أنهم يقاتلون كما تقاتل البغاة المتأولون‏؟‏ وما الواجب على جماعة المسلمين من أهل العلم والدين، وأهل القتال، وأهل الأموال فى أمرهم ‏؟‏ أفتونا فى ذلك بأجوبة مبسوطة شافية، فإن أمرهم قد أشكل على كثير من المسلمين، بل على أكثرهم‏.‏ تارة لعدم العلم بأحوالهم‏.‏ وتارة لعدم العلم بحكم الله تعالى ورسوله صلى الله عليه وسلم فى مثلهم‏.‏ والله الميسر لكل خير بقدرته ورحمته، إنه على كل شىء قدير، وهو حسبنا ونعم الوكيل

 

 

anfuehrungszeichen-oben.gifQue disent les maîtres, les savants, les imams de la Religion – qu'Allah soit satisfait de l'ensemble d'entre eux et qu'Il les aide à exposer la claire réalité et à découvrir les masses déferlantes et des déviationnistes – à propos de ces Tatars qui avancent vers le Châm une fois après l'autre alors qu'ils ont prononcé les deux témoignages de la foi, se réclament de l'Islam et n'en sont pas restés à la mécréance dont ils faisaient profession au départ ? Faut-il les combattre ou non ? Quelles sont les doctrines des savants à ce propos ? Quel est l'argument qui impose de les combattre ? Quel est le statut de ceux qui, de l'armée des Musulmans, ont fui vers eux et sont avec eux – les émirs et les autres ? Quel est le statut de celui, par la contrainte, ils font attaquer avec eux ? Quel est le statut de ceux qui sont avec leur armée, parmi ceux qui se réclament de la science, de la jurisprudence, de l'indigence (spirituelle), du soufisme et de choses pareilles ? Que dira-t-on de qui prétend qu'ils sont musulmans, que ceux qui les combattent, que les uns et les autres sont injustes et qu'il ne combattra avec aucun d'eux ? [Que pensera-t-on ] des dires de celui qui prétend qu'on les combattra comme ont été combattus ceux qui dépassaient les bornes (boughât) en se livrant à des interprétations ?Quel est le devoir incombant à leur propos à la communion des Musulmans – aux gens de la science et de la Religion, aux combattants et aux propriétaires de biens ? Donnez-nous une fatwa à ce sujet, au moyen de réponses élaborés et exhaustives. Leur affaire fait en effet problème à beaucoup des Musulmans ou, même, à la plupart d'entre eux, tantôt du fait de la méconnaissance de leur situation, tantôt du fait de la méconnaissance de ce qu'Allah le Très-Haut et Son Messager – que la bénédiction et la paix d'Allah soient sur lui- statuent à propos de leurs pareils. Allah est Celui qui rend facile tout bien, par Sa puissance et par Sa miséricorde. Il est puissant sur toute chose. Lui nous suffit, et quel excellent garant !


 

 

Ibn Taymiyya répond en ces termes :

 

 

الحمد لله رب العالمين، نعم يجب قتال هؤلاء بكتاب الله، وسنة رسوله، واتفاق أئمة المسلمين‏.‏ وهذا مبنى على أصلين‏:‏ أحدهما‏:‏ المعرفة بحالهم‏.‏ والثانى‏:‏ معرفة حكم الله فى مثلهم‏.‏

فأما الأول‏:‏ فكل من باشر القوم يعلم حالهم، ومن لم يباشرهم يعلم ذلك بما بلغه من الأخبار المتواترة وأخبار الصادقين‏.‏ ونحن نذكر جل أمورهم بعد أن نبين الأصل الآخر الذى يختص بمعرفته أهل العلم بالشريعة الإسلامية فنقول‏:‏

 

 

كل طائفة خرجت عن شريعة من شرائع الإسلام الظاهرة المتواترة، فإنه يجب قتالها باتفاق أئمة المسلمين، وإن تكلمت بالشهادتين‏.‏ فإذا أقروا بالشهادتين وامتنعوا عن الصلوات الخمس وجب قتالهم حتى يصلوا‏.‏ وإن امتنعوا عن الزكاة وجب قتالهم حتى يؤدوا الزكاة‏.‏ وكذلك إن امتنعوا عن صيام شهر رمضان أو حج البيت العتيق‏.‏ وكذلك إن امتنعوا عن تحريم الفواحش، أو الزنا، أو الميسر، أو الخمر، أو غير ذلك من محرمات الشريعة‏.‏ وكذلك إن امتنعوا عن الحكم فى الدماء والأموال والأعراض والأبضاع ونحوها بحكم الكتاب والسنة‏.‏ وكذلك إن امتنعوا عن الأمر بالمعروف والنهى عن المنكر، وجهاد الكفار إلى أن يسلموا ويؤدوا الجزية عن يد وهم صاغرون‏.‏ وكذلك إن أظهروا البدع المخالفة للكتاب والسنة واتباع سلف الأمة وأئمتها، مثل أن يظهروا الإلحاد فى أسماء الله وآياته، أو التكذيب بأسماء الله وصفاته، أو التكذيب بقدره وقضائه، أو التكذيب بما كان عليه جماعة المسلمين على عهد الخلفاء الراشدين، أو الطعن فى السابقين الأولين من المهاجرين والأنصار والذين اتبعوهم بإحسان، أو مقاتلة المسلمين حتى يدخلوا فى طاعتهم التى توجب الخروج عن شريعة الإسلام، وأمثال هذه الأمور‏.‏

 

قال الله تعالى‏:‏ ‏{‏ وَقَاتِلُوهُمْ حَتَّى لاَ تَكُونَ فِتْنَةٌ وَيَكُونَ الدِّينُ كُلُّهُ لِلّه ‏}‏‏، فإذا كان بعض الدين لله وبعضه لغير الله وجب القتال حتى يكون الدين كله لله‏.‏

وقال تعالى‏:‏ ‏{‏ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ اتَّقُواْ اللّهَ وَذَرُواْ مَا بَقِيَ مِنَ الرِّبَا إِن كُنتُم مُّؤْمِنِينَ فَإِن لَّمْ تَفْعَلُواْ فَأْذَنُواْ بِحَرْبٍ مِّنَ اللّهِ وَرَسُولِهِ ‏}‏، وهذه الآية نزلت فى أهل الطائف، وكانوا قد أسلموا وصلوا وصاموا، لكن كانوا يتعاملون بالربا‏.‏ فأنزل الله هذه الآية، وأمر المؤمنين فيها بترك ما بقى من الربا، وقال‏:‏ ‏{‏ فَإِن لَّمْ تَفْعَلُواْ فَأْذَنُواْ بِحَرْبٍ مِّنَ اللّهِ وَرَسُولِهِ ‏}‏، وقد قرئ ‏{‏ فَأْذَنُواْ ‏}‏، و‏(‏وآذنوا‏)‏ وكلا المعنيين صحيح‏.‏ والربا آخر المحرمات فى القرآن، وهو مال يؤخذ بتراضى المتعاملين‏.‏ فإذا كان من لم ينته عنه محاربا لله ورسوله، فكيف بمن لم ينته عن غيره من المحرمات التى هى أسبق تحريما وأعظم تحريما‏؟‏‏!‏‏

 

وقد استفاض عن النبى صلى الله عليه وسلم الأحاديث بقتال الخوارج، وهى متواترة عند أهل العلم بالحديث‏.‏ قال الإمام أحمد‏:‏ صح الحديث فى الخوارج من عشرة أوجه، وقد رواها مسلم فى صحيحه، وروى البخارى منها ثلاثة أوجه‏:‏ حديث على، وأبى سعيد الخدرى، وسهل ابن حنيف‏.‏ وفى السنن والمسانيد طرق أخر متعددة‏.‏ وقد قال صلى الله عليه وسلم فى صفتهم‏:‏ ‏(‏يحقر أحدكم صلاته مع صلاتهم، وصيامه مع صيامهم، وقراءته مع قراءتهم، يقرؤون القرآن لا يجاوز حناجرهم،يمرقون من الإسلام كما يمرق السهم من الرمية،أينما لقيتموهم فاقتلوهم؛فإن فى قتلهم أجراً عند الله لمن قتلهم يوم القيامة، لئن أدركتهم لأقتلنهم قتل عاد‏)‏‏.‏

 

وهؤلاء قاتلهم أمير المؤمنين على بن أبى طالب بمن معه من الصحابة، واتفق على قتالهم سلف الأمة وأئمتها، لم يتنازعوا فى قتالهم كما تنازعوا فى القتال يوم الجمل وصفين‏

 

وأما الأصل الآخر ـ وهو معرفة أحوالهم ـ فقد علم أن هؤلاء القوم جازوا على الشام فى المرة الأولى ـ عام تسعة وتسعين ـ وأعطوا الناس الأمان، وقرؤوه على المنبر بدمشق، ومع هذا فقد سبوا من ذرارى المسلمين ما يقال‏:‏ إنه مائة ألف أو يزيد عليه، وفعلوا ببيت المقدس، وبجبل الصالحية ونابلس وحمص وداريا، وغير ذلك من القتل والسبى ما لا يعلمه إلا الله، حتى يقال‏:‏ إنهم سبوا من المسلمين قريبا من مائة ألف، وجعلوا يفجرون بخيار نساء المسلمين فى المساجد وغيرها، كالمسجد الأقصى والأموى وغيره، وجعلوا الجامع الذى بالعقيبة دكا‏.‏

 

وقد شاهدنا عسكر القوم، فرأينا جمهورهم لا يصلون، ولم نر فى عسكرهم مؤذنا ولا إماما، وقد أخذوا من أموال المسلمين وذراريهم وخربوا من ديارهم ما لا يعلمه إلا الله‏.‏

ولم يكن معهم فى دولتهم إلا من كان من شر الخلق‏:‏ إما زنديق منافق لا يعتقد دين الإسـلام فى الباطن، وإما من هو من شر أهل البدع كالرافضة والجهمية والاتحادية ونحوهم، وإما من هو من أفجر الناس وأفسقهم‏.‏

 

anfuehrungszeichen-oben.gifLa louange est à Allah, le Seigneur des mondes, répondit [Ibn Taymiyya]. Oui, il faut combattre ces gens en vertu du Livre d'Allah, de la Sounna de Son Messager et de l'accord des imams des Musulmans. Ceci repose sur deux fondements : l'un, la connaissance de ce qu'Allah statue à propos de leurs pareils.

Pour ce qui est du premier [fondement], toute personne qui est en contact avec ces gens connaît leur situation, et celui qui n'est pas en contact la connaît grâce à ce qui lui parvient comme informations récurrentes et comme informations des gens véridiques. Nous, nous évoquons la plupart de leurs affaires après que nous aurons exposé l'autre fondement, que les gens possédant de la science de la Loi islamique ont en propre de connaître.

 

Tout groupe, dirons-nous, qui se soustrait à une des Lois, manifestes et récurrentes, de l'Islam, il faut le combattre, en vertu de l'accord des imams des Musulmans,même s'il prononce les deux témoignages de foi et s'abstiennent des cinq prières, il faut les combattre jusqu'à ce qu'ils prient; s'ils s'abstiennent

de verser l'aumône, il faut les combattre jusqu'à ce qu'ils la versent. Et de même s'ils s'abstiennent de jeûner le mois de Ramadan ou d'accomplir le pèlerinage de l'Antique Maison. De même aussi s'ils s'abstiennent d'interdire les abominations, ou la fornication, ou les jeux de hasard, ou le vin, ou d'autres d'entre les choses interdites par la Loi. De même encore s'ils s'abstiennent de statuer à propos le sang, des biens, des réputations, des contrats de mariage, etc selon ce que statuent le Livre et la Sounna. Et de même s'ils s'abstiennent d'ordonner le convenable et de prohiber le détestable, ainsi que de lutter (jihâd) contre les mécréants jusqu'à ce qu'ils se soumettent ou versent la capitation de la main, en étant humiliés . De même s'ils manifestent des innovations allant à l'encontre du Livre, de la Sounna et de la fidélité des Prédécesseurs de la communauté et à ses imams, par exemple, manifester de l'hérésie à propos des noms d'Allah et de Ses signes, ou traiter de mensonge Sa puissance et Sa décision, ou traiter de mensonge ce que la communion des Musulmans pratiquaient à l'époque des califes biens-guidés, ou invectiver les prédécesseurs, les premiers d'entre les Émigrés (mouhâjiroûn), les Auxiliaires (ansâr), et ceux qui les ont suivis en bienfaisance, ou combattre les Musulmans jusqu'à ce qu'ils s'engagent nécessairement qu'on se soustraie à la Loi de l'Islam, et affaires pareilles. Allah le Très-Haut a dit :

 

«Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah seul.» (Sourate 2 – Verset 191)


Quand une partie de la Religion est pour Allah et une autre pour autre qu'Allah, il est nécessaire de combattre de combattre jusqu'à ce que « la Religion toute entière soit à Allah ». Le Très-Haut a aussi dit :

 

«Ô les croyants! Craignez Allah; et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire, si vous êtes croyants. • Et si vous ne le faites pas, alors recevez (fa'dhinoû ) l'annonce d'une guerre de la part d'Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez point lésés.» (Sourate 2 – Versets 278 et 279)

 

Ce verset est descendu à propos des gens d'Al- Tâ'if . Ils étaient devenu musulmans, priaient et jeûnaient mais se livraient à des transactions usuraires. Allah fit descendre et y ordonna aux croyants d'abandonner ce qui restait de l'intérêt usuraire. « Si vous le ne faites pas », dit-Il, «recevez l'annonce d'une guerre de la part d'Allah et de Son Messager ».On a lu «fa'dhanoû» («recevez l'annonce de») , et «fa'âdhinoû», « annoncez » , et chacune des deux significations est correcte. L'usure est la dernière des choses à avoir été interdites dans le Coran. Il s'agit d'argent qui est pris en vertu du consentement des deux parties de la transaction. Si quelqu'un qui ne s'en abstient pas est en guerre avec Allah et Son Messager, comment en ira-t-il, [a fortiori], de quelqu'un qui ne s'en abstiendrait pas des autres choses interdites, dont l'interdiction précéda celle-là et est plus importante ?

 

 

Pour ce qui est de combattre les Kharijites, les hadith venant du Prophète – qu'Allah prie sur lui et lui donne le paix– abondent, et ils sont récurrents chez les gens possédant la science du Hadith. «Le hadith sur les Kharijites, a dit l'imam Ahmad [Ibn Hanbal], est authentique de dix points de vue.» Mouslim l'a rapporté dans son «sahih», Al-Boukhari en a rapportés trois versions : le hadith de 'Ali , d'Abou Sa'id Al-Khoudri. et de SahlIbn Hounayf . Dans les «sounan» et dans les «mousnad», il est de nombreuses autres voies selon lesquelles il est rapporté. Pour décrire les Kharaijites, le Prophète – qu'Allah prie sur lui et lui donne le paix- a dit ceci : Que chacun de vous dédaigne de prier avec eux, de jeûner avec eux et de réciter le Coran avec eux. Ils le récitent en effet sans qu'il dépasse leur gorge ! Ils sortent de l'Islam comme une flèche sort d'une proie ! Où que vous les rencontriez, tuez-les ! Les tuer entraîne en effet une récompense auprès d'Allah, pour celui qui les tue, le Jour de la Résurrection. Si je les attrapais, je les tuerais assurément comme les 'Ad furent tués.» Ces Kharijites, l'émir des Croyants, 'Ali Ibn Abi Tâlib, les a combattus avec ceux des Compagnons qui étaient avec lui et il y eut désaccord des Prédécesseurs de la Communauté, ainsi que de ses imams, sur le fait de le combattre. Ils ne controversèrent pas sur le fait de les combattre comme ils controversèrent sur le fait de combattre le jour Chameau et de Siffin.



On le sait, les Mongols marchèrent pour la première fois sur la Syrie en quatre-vingt-dix-neuf. Ils accordèrent l'amân aux gens et le proclamèrent en chaire à la mosquée de Damas. Et malgré cela ils firent, dit-on, cent mille captifs, ou plus encore, parmi les descendants des Musulmans. À Jérusalem, à Jabal As-Salihiyya, à Naplouse, à Homs, à Dârâya et ailleurs, ils firent un nombre de tués et de captifs que nul ne connaît sinon Allah; c'est à tel point qu'on dit qu'ils firent parmi les Musulmans près de cent mille captifs. Ils se mirent à débaucher les meilleures femmes des Musulmans dans les mosquées et ailleurs – ainsi dans la Mosquée Al-Alqsa , dans la mosquée des omeyyades, etc. Ils rasèrent la mosquée se trouvant à Al-'Ouqayba .

.

 

 

Ensuite le Shaykh Ibn Taymiyya nous décrit la pratique religieuse hétérogène des Tatars et leurs déviances :

 

 

وقد شاهدنا عسكر القوم، فرأينا جمهورهم لا يصلون، ولم نر فى عسكرهم مؤذنا ولا إماما، وقد أخذوا من أموال المسلمين وذراريهم وخربوا من ديارهم ما لا يعلمه إلا الله‏.‏

ولم يكن معهم فى دولتهم إلا من كان من شر الخلق‏:‏ إما زنديق منافق لا يعتقد دين الإسـلام فى الباطن، وإما من هو من شر أهل البدع كالرافضة والجهمية والاتحادية ونحوهم، وإما من هو من أفجر الناس وأفسقهم‏.‏

 

وهم فى بلادهم ـ مع تمكنهم ـ لا يحجون البيت العتيق، وإن كان فيهم من يصلى ويصوم فليس الغالب عليهم إقام الصلاة ولا إيتاء الزكاة‏.‏

 

وهم يقاتلون على ملك جنكسخان‏.‏ فمن دخل فى طاعتهم جعلوه وليا لهم وإن كان كافرا، ومن خرج عن ذلك جعلوه عدوا لهم وإن كان من خيار المسلمين‏.‏ ولا يقاتلون على الإسلام، ولا يضعون الجزية والصغار‏.‏

 

 

anfuehrungszeichen-oben.gifNous avons observé l'armée des Mongols. Nous y avons vu que la troupe ne priait pas et, dans leur armée, nous avons vu ni muezzin ni imam.Tout ce qu'ils ont pris comme biens et descendants des Musulmans, tout ce qu'ils ont détruit comme maisons de Musulmans, nul ne sait sinon Allah. Il y a eu avec eux, en leur empire, que des individus comptant parmi les pires créatures : soit des libres-penseurs (zindiq), hypocrites, ne croyant pas intérieurement à la religion de l'Islam, tels des Rafidhites, les Jahmites, les unionistes (al-itihhâdiya) et leurs semblables, soit des individus comptant parmi les débauchés et les plus pervers des hommes.

Quiconque cesse de le faire, ils en font un de leurs ennemis même s'il compte parmi les meilleurs Musulmans. Ils ne combattent pas pour l'Islam et ils n'imposent ni la capitation ni l'humiliation.

 



Commentaires :

 

 

Les gouverneurs des pays s'affiliant à l'Islam de notre époque ont exactement la même approche des choses que les Tatars : ils ne font aucune distinction entre le mécréant et le musulman et sont tous égaux au regard de leurs constitutions. Voici quelques exemple parmi tant d'autres :

 

L'article 5 de la constitution du Royaume du Maroc stipule :

anfuehrungszeichen-oben.gifTous les Marocains sont égaux devant la loi

 

 

L'article 29 de la constitution algérienne stipule :

anfuehrungszeichen-oben.gif Les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d'opinion ou de toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale

 

 

L'article premier de la constitution du Sénégal stipule :

 

anfuehrungszeichen-oben.gifLa République du Sénégal est laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d'origine, de race, de sexe, de religion. Elle respecte toutes les croyances.

 

L'article premier de la constitution mauritanienne stipule :

 

anfuehrungszeichen-oben.gifLa République assure à tous les citoyens sans distinction d'origine, de race, de sexe ou de condition sociale l'égalité devant la loi

 

 

Les pseudo-salafis ne sont pas sans ignorer que « celui qui ne fait pas de distinction entre le juif, le chrétien, les mécréants et les musulmans, si ce n’est par la nation, et donne à tous le même statut, c’est un mécréant » (cf. fatwa du Comité permanent pour la recherche scientifique, Arabie Saoudite, fatâwâ al-lajna ad-dâ'ima lil-bouhoûth al-'ilmiyya wa al-ifta', n° 6310, 1/145).

 

Bien que ces gouverneurs considèrent en général les Musulmans comme étant des gens justes et vertueux, il n'en reste pas moins qu'au regard de la loi, ils ont les même prérogatives que les mécréants.Ibn Taymiyya dit dans un autre fatwa dans «majmoû' fatâwâ», t. 25, p. 504-505 :


anfuehrungszeichen-oben.gifLeur armée englobe des gens mécréants- Nazaréens et associateurs- et des gens qui se rattachent à l'Islam- la troupe de l'armée. Ils profèrent les deux témoignages de foi (chahâda) lorsqu'on le leur demande et vénèrent le Messager mais il n'en est pas, parmi eux, qui prient, sinon très peu. Le jeûne du Ramadhân est plus fréquemment observé parmi eux que la prière. Le Musulman est à leurs yeux plus important qu'un autre, et les vertueux d'entre les Musulmans ont, à leurs yeux, une valeur. Il y a chez eux quelque chose de l'Islam, quelque chose qu'ils vivent de manières disparates. Ce que vit la masse d'entre eux et ce pour quoi ils combattent comporte néanmoins l'abandon de beaucoup des prescriptions de l'Islam ou de la plupart d'entre elles.

 

La mécréance des gouverneurs contemporains s'affiliant à l'Islam est aussi clair que celle des Tatars. Ils protègent les mausolées adorés en dehors d'Allah, comme dans les pays du Maghreb, en prétextant la nécessité de conserver le patrimoine culturel ou d'autres choses de ce genre. Ils sont indifférents vis-à-vis des sorciers et magiciens alors que l'Islam ordonne de les tuer sans parler de l'horoscope qui est permis dans les journaux. Ils tolèrent toutes les croyances impies comme le marxisme-léninisme, le communisme, le socialisme, la laïcité, la démocratie, l'athéisme, le nationalisme, le patriotisme, le libéralisme, etc. Ils permettent à toute personne de prêcher publiquement et de publier ce que bon lui semble tant que ce n'est pas en contradiction avec leurs constitutions et lois (humaines). La ressemblance de ces Tawâghît modernes avec les Tatars est frappante. Ibn Taymiyya dit à ce sujet, toujours dans «majmoû' fatâwâ», t. 28, p. 505 :

anfuehrungszeichen-oben.gifIls ne prohibent à personne, dans leur armée, d'adorer ce qu'il veut : soleil, lune, etc. Ou plutôt, ce qui apparaît de leur comportement, c'est que le Musulman est considéré chez eux comme le juste ou comme l'homme vertueux, ou qui en fait spontanément plus, parmi les Musulmans, tandis que le mécréant est considéré chez eux comme un pervers parmi les Musulmans, ou comme celui qui renonce à en faire spontanément plus.

 

 

Ibn Taymiyya poursuit sa fatwa en disant :

 

 

بل غاية كثير من المسلمين منهم ـ من أكابر أمرائهم ووزرائهم ـ أن يكون المسلم عندهم كمن يعظمونه من المشركين من اليهود والنصارى، كما قال أكبر مقدميهم الذين قدموا إلى الشام، وهو يخاطب رسل المسلمين ويتقرب إليهم بأنا مسلمون‏.‏ فقال‏:‏ هذان آيتان عظيمتان جاءا من عند الله، محمد وجنكسخان‏.‏ فهذا غاية ما يتقرب به أكبر مقدميهم إلى المسلمين، أن يسوى بين رسول الله وأكرم الخلق عليه وسيد ولد آدم وخاتم المرسلين، وبين ملك كافر مشرك من أعظم المشركين كفراً وفساداً وعدواناً من جنس بختنصر وأمثاله‏.‏

 

وذلك أن اعتقاد هؤلاء التتار كان فى جنكسخان عظيما، فإنهم يعتقدون أنه ابن الله من جنس ما يعتقده النصارى فى المسيح، ويقولون‏:‏ إن الشمس حبلت أمه، وأنها كانت فى خيمة فنزلت الشمس من كوة الخيمة فدخلت فيها حتى حبلت‏.‏ ومعلوم عند كل ذى دين أن هذا كذب‏.‏ وهذا دليل على أنه ولد زنا، وأن أمه زنت فكتمت زناها، وادعت هذا حتى تدفع عنها مَعَرَّة الزنا، وهم مع هذا يجعلونه أعظم رسول عند الله فى تعظيم ما سنه لهم وشرعه بظنه وهواه،حتى / يقولوا لما عندهم من المال‏:‏هذا رزق جنكسخان،ويشكرونه على أكلهم وشربهم، وهم يستحلون قتل من عادى ما سنه لهم هذا الكافر الملعون المعادى لله ولأنبيائه ورسوله وعباده المؤمنين‏.‏

 

anfuehrungszeichen-oben.gifAu contraire, le plus loin qu'aillent beaucoup des Musulmans parmi eux, s'agissant des plus grands de leurs émirs et de leurs vizirs, c'est ceci : le Musulman sera auprès d'eux comme n'importe lequel des associateurs, juifs et chrétiens, qu'ils vénèrent. Ainsi le plus grand de leurs chefs venus en Syrie dit-il, alors qu'il s'adressait aux envoyés des Musulmans et tentait de se rapprocher d'eux : «Nous sommes Musulmans» - « Voilà, ajouta t-il , deux très grands signes (âya) venus d'auprès d'Allah : Mouhammad et GengisKhân» Le plus loin que le plus grand de leurs chefs aille dans sa tentative de rapprocher des Musulmans, c'est donc ceci : juger égaux le Messager d'Allah, celle des créatures qui est pour Lui la plus noble, le seigneur des fils d'Adam, le sceau des Envoyés, et un roi mécréant, associateur, d'entre les plus grands associateurs pour ce qui est de la mécréance, de la corruption et de l'hostilité, du genre de Nabuchodonosor et de ses semblables .

 

Ce que ces Tatars croient, au sujet de Gengis Khân, des choses graves. Ils croient qu'il est le fils d'Allah, à l'instar de ce que les Nazaréens croient au sujet du Messie. Le soleil, disent-ils, engrossa sa mère. Elle se trouvait dans une tente; le soleil était descendu par la fenêtre de la tente et avait pénétré en elle, si bien qu'elle était devenu grosse. Il est su de quiconque a une religion que c'est du mensonge. Et c'est la preuve qu'il s'agit d'un bâtard. Sa mère a forniqué, l'a dissimulé et a prétendu cela afin de repousser d'elle le déshonneur de la fornication. Eux, malgré, font de lui le plus grand Messager auprès d'Allah, vénérant ce qu'il leur a indiqué comme voie (sanna) et prescrit comme loi (chara'a) selon son opinion et son caprice. C'est à tel point qu'ils disent de ce qu'ils ont comme biens : « Voilà ce dont Gengis Khân nous a pourvus. » Ils le remercient de leurs aliments et de leurs boissons.

 

 

 

وهم يستحلون قتل من عادى ما سنه لهم هذا الكافر الملعون المعادى لله ولأنبيائه ورسوله وعباده المؤمنين‏

 

anfuehrungszeichen-oben.gifIls jugent licite licite de tuer quiconque est l'ennemi de ce que leur a indiqué comme voie ce mécréant maudit, ennemi d'Allah, de Ses Prophètes, de Ses Messagers, et de Ses serviteurs, les croyants.

 

 

Commentaire :

 

Tous ceux qui se conforment au Livre d'Allah et à la Sounna de Son Messager sont considérés comme étant des hors-lois d'après les constitutions et codes séculiers avec lesquels gouvernent les dirigeants de notre époque parmi ceux des pays s'affiliant à l'Islam. Tout comme pour les Tatars, toute personne qui n'est pas en conformité avec leurs lois forgées est donc susceptible d'être condamné.

 

 

 

Ibn Taymiyya poursuit :

 

فهذا وأمثاله من مقدميهم كان غايته بعد الإسلام أن يجعل محمداً صلى الله عليه وسلم بمنزلة هذا الملعون‏

 

anfuehrungszeichen-oben.gifLe plus loin que celui-ci et ses semblables parmi leurs chefs fussent allés après être devenus musulmans, c'est mettre Mouhammad - qu'Allah prie sur lui et lui donne la paix- au rang de ce maudit.

 

 

Commentaire :

 

 

Dans les pays «musulmans» (de notre époque), on peur observer que si certaines lois s'inspirent effectivement de la Législation glorieuse de l'Islam, il en reste pas moins que d'autres s'inspirent directement du code pénal français, britannique, etc. Mettre au même niveau deux législations radicalement opposées, c'est mettre au même niveau les législateurs de ces lois, autrement dit, cela revient à mettre au même niveau Allah et Napoléon.

 

 

 

Ibn Taymiyya poursuit :

 

ومعلوم أن مسيلمة الكـذاب كان أقل ضرراً على المسلمين من هذا، وادعى أنه شريك محمد فى الرساله، وبهذا استحل الصحابة قتاله وقتال أصحابه المرتدين، فكيف بمن كان فيما يظهره من الإسلام يجعل محمدًا كجنكسخان‏؟‏‏!‏ وإلا فهم مع إظهارهم للإسلام يعظمون أمر جنكسخان على المسلمين المتبعين لشريعة القرآن، ولا يقاتلون أولئك المتبعين لما سنه جنكسخان كما يقاتلون المسلمين بل أعظم‏.‏

 

أولئك الكفار يبذلون له الطاعة والانقياد، ويحملون إليه الأموال، ويقرون له بالنيابة، ولا يخالفون ما يأمرهم به إلا كما يخالف الخارج عن طاعة الإمام للإمام‏.‏ وهم يحاربون المسلمين ويعادونهم أعظم معاداة، ويطلبون من المسلمين الطاعة لهم وبذل الأموال، والدخـول فيما وضعه لهم ذلك الملك الكافر المشرك المشابه لفرعون أو النمروذ ونحوهما، بل هو أعظم فسادا فى الأرض منهما‏.‏ قال الله تعالى‏ :‏{‏ إِنَّ فِرْعَوْنَ عَلَا فِي الْأَرْضِ وَجَعَلَ أَهْلَهَا شِيَعًا يَسْتَضْعِفُ طَائِفَةً مِّنْهُمْ يُذَبِّحُ أَبْنَاءهُمْ وَيَسْتَحْيِي نِسَاءهُمْ إِنَّهُ كَانَ مِنَ الْمُفْسِدِينَ ‏}‏

 

anfuehrungszeichen-oben.gifMoussaylima le menteur, on le sait, fut moins nocif pour les Musulmans que celui-ci. Il prétendit être l'associé de Mouhammad, s'agissant du Message, et, pour cela, les Compagnons le jugèrent licite de le tuer et de tuer ses compagnons, les apostats. Qu'en sera t-il donc de ceux qui, entre autres manifestations de leurs Islam, assimilent Gengis Khân à Mouhammad ? Et si ce n'est pas le cas, alors même qu'ils affichent leur Islam, ils vénèrent l'ordre (qui leur vient) de Gengis Khân, le préfèrent aux Musulmans qui suivent la Loi du Coran et ne combattent pas ces gens qui suivent ce que Gengis Khân a indiqué comme voie comme ils combattent les Musulmans- ou plus grave encore.

Ces mécréants sont vis-à-vis de lui d'une obéissance et d'une docilité totales. Ils lui attribuent leurs biens. Ils le reconnaissent comme député. Ils ne s'opposent pas à ce qu'il leur ordonne, sinon comme celui qui cese d'obéir à l'imam s'oppose à l'imam. Ils font la guerre aux Musulmans et leur témoignent l'hostilité la plus grande. Ils exigent des Musulmans de leur obéir, de leur faire don de leurs biens et de s'engager sur le chemin que leur a imposé ce roi mécréant, associateur, semblable à Pharaon ou à Nemrod et à leurs pareils ou, plutôt même, beaucoup plus grand fauteur de corruption sur terre que ces derniers.

Allah le Très-Haut a dit :

 

« Pharaon était hautain sur terre; il répartit en clans ses habitants, afin d'abuser de la faiblesse de l'un d'eux : Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre.» (Sourate 28 – Verset 4)

 

 

 

وهذا الكافر علا فى الأرض؛ يستضعف أهل الملل كلهم من المسلمين واليهود والنصارى ومن خالفه من المشركين بقتل الرجال وسبى الحريم، وبأخذ الأموال، وبهلك الحرث والنسل، والله لا يحب الفساد‏.‏ ويرد الناس عما كانوا عليه من سنن الأنبياء والمرسلين إلى أن يدخلوا فيما ابتدعه من سنته الجاهلية وشريعته الكفرية‏.‏

 

anfuehrungszeichen-oben.gifCe mécréant-ci a aussi été altier sur terre, cherchant à affaiblir tou ceux qui appartenaient à une confession – les Musulmans, les Juifs, les Nazaréens et ceux des associateurs qui lui étaient opposés- en tuant les hommes et en capturant les femmes, en prenant leurs biens et en faisant périr cultures et progénitures, alors qu'Allah n'aime pas les corrupteurs ! Il fait revenir les gens des voies des Prophètes et des Messagers sur lesquelles ils se trouvent pour qu'ils s'engagent dans ce qu'il a innové : sa voie de l'Âge de l'Ignorance (al-jâhiliyya), sa Loi de mécréance

 

 

 

Commentaires :

 

 

Comme c'est le cas pour les gouverneurs des pays «musulmans» de notre époque : ils abrogent les lois du Coran et de la Sounna pour la remplacer par les lois de mécréance semblables à celles de la jâhiliyya (l'époque de l'Ignorance, celle avant l'Islam).

 

Ibn Taymiyya dit à propos de ces Mongols, dans «majmoû al-fatâwâ», t. 28, p. 505 :

 

anfuehrungszeichen-oben.gifIl est jugé de ce qui éclate entre les plus grands d'entre eux selon les règles de l'âge de l'Ignorance (jahâliyya), non selon les règles d'Allah et de Son Messager.

 

Ou encore, toujours aux mêmes références :

 

 

anfuehrungszeichen-oben.gifIls ne s'obligent pas à juger entre eux selon les règles d'Allah. Bien plutôt, ils jugent selon des dispositions à eux qui, parfois, sont en accord avec l'Islam et, d'autres fois vont à son encontre.

 

Allah le Très-Haut dit :

5_50n.gif

 

 

 

 

 


guillemets relooking Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance (al-jâhiliyya) qu'ils cherchent? Qu'y a-t-il de meillleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?

[sourate 5 - verset 50]


Ibn Kathir, l'élève d'Ibn Taymiyya, commente ce verset dans son exégèse coranique (tafsîr) comme suit :

anfuehrungszeichen-oben.gifAllah réprouve quiconque se soustrait à la règle d'Allah, parfaite de précision, qui englobe tout bien, qui prohibe tout mal,et se tourne vers autre chose qu'elle - les vues, les caprices, les terminologies que les hommes inventent sans le fonder sur la Loi d'Allah. Il s'agit par exemple des égarements et ignorances selon lesquels les gens de l'Âge de l'Ignorance réglaient leurs affaires, choses qu'ils inventaient selon leurs vues et leurs caprices; il s'agit aussi des principes royaux de gouvernement selon lesquels les Tatars règlent leurs affaires et qu'ils tiennent de leur roi Gengis Khân, qui a inventé pour eux le yâsâ, c'est-à-dire un livre formé de la réunion de règles qu'il a emprunté à des Lois diverses – la loi juive, la nazaréenne, la confession islamique, etc. - et parmi lesquelles il y a aussi beaucoup de règles qu'il a simplement tirées de son examen et de son caprice. Ces règles sont devenues la précellence sur le règlement des affaires selon le Livre d'Allah et la Sounna de Son Messager, de manière à ce qu'il ne règle plus ni peu ni beaucoup d'affaires selon autre chose q'elle. Quiconque agit ainsi est un mécréant qu'on doit combattre par les armes jusqu'à ce qu'ils reviennent à la législation d'Allah et de Son messager et qu'ils n'appliquent plus aucune autre législation. Allah dit : «Est-ce donc au jugement de l'Ignorance qu'ils recherchent ?» c'est à dire ils le désirent et se passent du jugement d'Allah, «Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ?» c'est à dire qui est plus juste qu'Allah en matière de jugement pour celui qui a bien compris la religion d'Allah, a eu foi en elle et certitude, sait qu'Allah est le plus juste des justiciers et plus miséricordieux envers Ses créatures que la mère envers son enfant? Car Allah est l'Omniscient, l'Omnipotent, l'Equitable dans toute chose.

 

Mouhammad Ibn Ibrahîm Al-Cheikh dans sa célèbre épître «tahkîm al-qawânîn» dit :

anfuehrungszeichen-oben.gifD'ailleurs, Allah a blâmé cette catégorie de gens en affirmant qu'ils aspirent au jugement paganisme de la Jahiliyya et qu'il n'y a pas de jugement meilleur que le Sien: «Est-ce donc le jugement de l'Ignorance (jâhiliyya) qu'ils cherchent? Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?» Médite donc sur ce verset pour comprendre qu'il n'y a que deux sortes de jugement et qu'en dehors du jugement d'Allah, il n'y a que le jugement de la jâhiliyya.

 

Ibn Taymiyya poursuit comme suit :

 

 

 

 

فهم يدعون دين الإسلام، ويعظمون دين أولئك الكفار على دين المسلمين، ويطيعونهم ويوالونهم أعظم بكثير من طاعة الله ورسوله وموالاة المؤمنين، والحكم فيما شجر بين أكابرهم بحكم الجاهلية، لا بحكم الله ورسوله‏.‏

 

 

anfuehrungszeichen-oben.gif Ils prétendent être de religion musulmane et vénèrent la religion de ces mécréants, la préférant à la religion des Musulmans. Ils leur obéissent et sont leurs amis beaucoup plus qu'ils obéissent à Allah, à Son Messager, et sont les amis des croyants. Il est jugé de ce qui éclate entre les plus grands d'entre eux selon la règle de l'Âge de l'Ignorance (al-jahâliyya), non selon la règle d'Allah et de Son Messager.

 

 

Commentaire :

 

 

Exactement comme c'est le cas des gouverneurs des pays « musulmans » de notre époque : ils se prétendent de l'Islam alors qu'en réalité ils préfèrent la religion de la mécréance comme la démocratie. Voici un exemple parmi tant d'autres de cette prétendue affiliation à l'Islam de ces pays :

 

 

L'article premier de la constitution marocaine stipule :


anfuehrungszeichen-oben.gifLe Maroc est une Monarchie constitutionnelle, démocratique et sociale

 

 

L'article 6 stipule :

 

 

anfuehrungszeichen-oben.gifL'islam est la Religion de l'État qui garantit à tous le libre exercice des cultes

 

 

 

Cet article constitutionnel n'est que de la poudre aux yeux et pure prétention puisque l'article premier rend vain et annule cette prétendue affiliation de l'État à l'Islam. La mécréance est une religion comme le dit Allah :

109_6--1-.gif

 

 

 

 

 

guillemets relooking À vous votre religion, et à moi la mienne !

[sourate 109 - verset 6]

 

 

 

Ainsi l'Islam et la démocratie sont deux religions radicalement opposées qui ne peuvent coexister dans un seul et même corps, de la même manière que l'on peut pas être à la fois musulman et juif ou encore musulman et communiste.

 

 

 

Ibn Taymiyya poursuit :

 

 

 

 

وكذلك الأكابر من وزرائهم وغيرهم، يجعلون دين الإسلام كدين اليهود والنصارى، وأن هذه كلها طرق إلى الله، بمنزلة المذاهب الأربعة عند المسلمين‏.‏

 

ثم منهم من يرجح دين اليهود أو دين النصارى، ومنهم من يرجح دين المسلمين

 

 

anfuehrungszeichen-oben.gif Par ailleurs, les plus grands de leurs vizirs et alii assimilent la religion de l'Islam à la religion des Juifs et des Nazaréens, prétendant que ce sont toutes des voies menant vers Allah, à l'instar des quatre rites (madh-hab) chez les Musulmans. Et puis il en est parmi eux qui donnent leur préférence à la religion des Juifs ou à la religion des Nazaréens, tandis que d'autres la donnent à la religion des Musulman

 

 

 

Commentaires :

 

 

Le Shaykh Ibn Taymiyya dit dans «majmoû al-fatâwâ», au tome 28, page 505, à propos des Tatars en général :

 

 

anfuehrungszeichen-oben.gifLa masse d'entre eux ne frappent pas d'un interdit le sang et les biens des Musulmans, à moins que leur sultan ne leur prohibe; c'est-à-dire qu'ils ne s'obligent pas à les délaisser. Et lorsqu'il les leur prohibe, ou qu'il leur prohibe autre chose, ils lui obéissent parce qu'il est sultan, non point du seul fait de la religion.

 

Ce que dit dit Ibn Taymiyya est très récurent à notre époque : lorsqu'il y a interdiction d'une chose, elle n'est pas stipulé parce que cela tient sa source dans la chari'a d'Allah mais d'une loi qu'ils ont eux-mêmes légiféré. Les mongols agissent de manière donc diamétralement opposés à ce que doit être, selon Ibn Taymiyya, le comportement du Musulman : ils obéissent inconditionnellement à leur souverain, fût-ce au risque de désobéir à Allah, alors que l'obéissance à Allah peut imposer de désobéir à une autorité humaine. Tout comme les souverains Mongols, les dirigeants des pays «musulmans» d'aujourd'hui appellent à l'obéissance inconditionnelle à leurs constitutions et lois forgées même si cela contredit manifestement la Législation de l'Islam.

 

 

Ibn Taymiyya poursuit :

 

وهذا القول فاش غالب فيهم، حتى فى فقهائهم وعبادهم لاسيما الجهمية من الاتحادية الفرعونية ونحوهم، فإنه غلبت عليهم الفلسفة‏.‏ وهذا مذهب كثير من المتفلسفة أو أكثرهم، وعلى /هذا كثير من النصارى أو أكثرهم، وكثير من اليهود أيضا، بل لو قال القائل‏:‏ إن غالب خواص العلماء منهم والعباد على هذا المذهب لما أبعد‏.‏ وقد رأيت من ذلك وسمعت ما لا يتسع له هذا الموضع‏.‏

ومعلوم بالاضطرار من دين المسلمين وباتفاق جميع المسلمين‏:‏ أن من سوغ اتباع غير دين الإسلام، أو اتباع شريعة غير شريعة محمد صلى الله عليه وسلم، فهو كافر‏.‏ وهو ككفر من آمن ببعض الكتاب وكفر ببعض الكتاب، كما قال تعالى ‏:‏

 

‏{‏ إِنَّ الَّذِينَ يَكْفُرُونَ بِاللّهِ وَرُسُلِهِ وَيُرِيدُونَ أَن يُفَرِّقُواْ بَيْنَ اللّهِ وَرُسُلِهِ وَيقُولُونَ نُؤْمِنُ بِبَعْضٍ وَنَكْفُرُ بِبَعْضٍ وَيُرِيدُونَ أَن يَتَّخِذُواْ بَيْنَ ذَلِكَ سَبِيلاً أُوْلَـئِكَ هُمُ الْكَافِرُونَ حَقًّا وَأَعْتَدْنَا لِلْكَافِرِينَ عَذَابًا مُّهِينًا‏}‏

 

anfuehrungszeichen-oben.gif De tels dires sont répandus, prédominants parmi eux, jusque parmi leurs Docteurs et leurs dévots, surtout les Jahmites d'entre les Unionistes pharaonistes et leurs semblables. C'est que la philosophie prédomine en eux et qu'il s'agit là de la doctrine de beaucoup de ceux qui philosophent, ou de la plupart d'entre eux . C'est également la position de beaucoup de Nazaréens ou de la plupart d'entre eux, de beaucoup de Juifs également. Bien plus, si quelqu'un disait que la majorité de l'élite des Savants parmi eux, et des dévots, partage cette doctrine, je ne le trouverais pas invraisemblable. J'ai vu et entendu trop de chose à ce sujet pour qu'il y ait lieu d'en parler ici.

 

On sait obligatoirement par le religion des Musulmans, et de par l'accord de l'ensemble des Musulmans, que quiconque juge loisible de suivre autre chose que la religion de l'Islam, ou de suivre une autre Loi que la Loi de Mouhammad -qu'Allah prie sur lui et lui donne la paix- est un mécréant. C'est comme la mécréance de quiconque croit en une partie du Livre et mécroit en une autre, ainsi qu'Allah le Très-Haut l'a dit :

 

« Ceux qui ne croient pas en Allah et en Ses messagers, et qui veulent faire distinction entre Allah et Ses messagers et qui disent : " Nous croyons en certains d'entre eux mais ne croyons pas en d'autres", et qui veulent prendre un chemin intermédiaire (entre la foi et la mécréance),• les voilà les vrais mécréants! Et Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant. » (Sourate 4 – Versets 150 et 151)

 

 

 

 

Ibn Taymiyya poursuit :

 

 

 

واليهود والنصارى داخلـون فى ذلك، وكذلك المتفلسفـة يؤمنـون ببعض ويكفـرون ببعض‏.‏ ومـن تفلسف من اليهود والنصارى يبقى كفره من وجهين‏.‏

 

وهؤلاء أكثر وزرائهم الذين يصدرون عن رأيه غايته أن يكون من هذا الضرب، فإنه كان يهوديا متفلسفا، ثم انتسب إلى الإسلام مع ما فيه من اليهودية والتفلسف، وضم إلى ذلك الرفض‏.‏ فهذا هو أعظم من عندهم من ذوى الأقلام، وذاك أعظم من كان عندهم من ذوى السيف‏.‏ فليعتبر المؤمن بهذا‏

 

وهؤلاء أكثر وزرائهم الذين يصدرون عن رأيه غايته أن يكون من هذا الضرب، فإنه كان يهوديا متفلسفا، ثم انتسب إلى الإسلام مع ما فيه من اليهودية والتفلسف، وضم إلى ذلك الرفض‏.‏ فهذا هو أعظم من عندهم من ذوى الأقلام، وذاك أعظم من كان عندهم من ذوى السيف‏.‏ فليعتبر المؤمن بهذا‏

 

وهؤلاء أكثر وزرائهم الذين يصدرون عن رأيه غايته أن يكون من هذا الضرب، فإنه كان يهوديا متفلسفا، ثم انتسب إلى الإسلام مع ما فيه من اليهودية والتفلسف، وضم إلى ذلك الرفض‏.‏ فهذا هو أعظم من عندهم من ذوى الأقلام، وذاك أعظم من كان عندهم من ذوى السيف‏.‏ فليعتبر المؤمن بهذا‏.‏

وقد قسموا الناس أربعة أقسام‏:‏ يال، وباع، وداشمند، وطاط ـ أى‏:‏ صديقهم وعدوهم والعالم والعامى ـ فمن دخل فى طاعتهم الجاهلية وسنتهم الكفرية كان صديقهم‏.‏ ومن خالفهم كان عدوهم ولو كان من أنبياء الله ورسله وأوليائه‏.‏ وكل من انتسب إلى علم أو دين سموه ‏[‏داشمند‏]‏ كالفقيه والزاهـد والقسيس والراهب ودنان اليهود والمنجم والساحر والطبيب والكاتب والحاسب، فيدرجون سادن الأصنام‏.‏ فيدرجون فى هذا من المشركين وأهل الكتاب وأهل البدع ما لا يعلمه إلا الله، ويجعلون أهل العلم والإيمان نوعًا واحدًا‏.‏

بل يجعلون القرامطة الملاحدة الباطنية الزنادقة المنافقين كالطوسى وأمثاله، هم الحكام على جميع من انتسب إلى علم أو دين من المسلمين واليهود والنصارى‏.‏ وكذلك وزيرهم السفيه الملقب بالرشيد يحكم على هذه الأصناف ويقدم شرار المسلمين كالرافضة والملاحدة على خيار المسلمين أهل العلم والإيمان، حتى تولى قضاء القضاة من كان أقرب إلى الزندقة والإلحاد والكفر بالله ورسوله، بحيث تكون موافقته للكفار والمنافقين من اليهود والقرامطة والملاحدة والرافضة على ما يريدونه أعظم من غيره‏.‏

 

ويتظاهر من شريعة الإسلام بما لابد له منه، لأجل من هناك من المسلمين، حتى إن وزيرهم الخبيث الملحد المنافق صنف مصنفًا، مضمونه أن النبى صلى الله عليه وسلم رضى بدين اليهود والنصارى، وأ

نه لا ينكر عليهم، ولا يذمون ولا ينهون عن دينهم، ولا يؤمرون بالانتقال إلى الإسلام‏.‏ واستدل الخبيث الجاهل بقوله ‏:‏

 

‏ ‏قُلْ يَا أَيُّهَا الْكَافِرُونَ لَا أَعْبُدُ مَا تَعْبُدُونَ وَلَا أَنتُمْ عَابِدُونَ مَا أَعْبُدُ وَلَا أَنَا عَابِدٌ مَّا عَبَدتُّمْوَلَا أَنتُمْ عَابِدُونَ مَا أَعْبُدُ لَكُمْ دِينُكُمْ وَلِيَ دِينِ‏‏

 

 

وزعم أن هذه الآية تقتضى أنه يرضى دينهم، قال‏:‏ وهذه الآية محكمة؛ ليست منسوخة‏.‏ وجرت بسبب ذلك أمور‏.‏

ومن المعلوم أن هذا جهل منه، فإن قوله‏:‏ ‏{‏لَكُمْ دِينُكُمْ وَلِيَ دِينِ‏}‏ ‏[‏الكافرون‏:‏ 6‏]‏، ليس فيه ما يقتضى أن يكون دين الكفار حقًا ولا مرضيًا له، وإنما يدل على تبرئه من دينهم؛ ولهذا قال صلى الله عليه وسلم فى هذه السورة‏:‏ ‏(‏إنها براءة من الشرك‏)‏، كما قال فى الآية الأخرى‏:‏ ‏{‏وَإِن كَذَّبُوكَ فَقُل لِّي عَمَلِي وَلَكُمْ عَمَلُكُمْ أَنتُمْ بَرِيئُونَ مِمَّا أَعْمَلُ وَأَنَاْ بَرِيءٌ مِّمَّا تَعْمَلُونَ‏}‏ ‏[‏يونس‏:‏ 41‏]‏، فقوله‏:‏ ‏{‏لَكُمْ دِينُكُمْ وَلِيَ دِينِ‏}‏ ‏[‏الكافرون‏:‏ 6‏]‏، كقوله‏:‏ ‏{‏وَلَنَا أَعْمَالُنَا وَلَكُمْ أَعْمَالُكُمْ‏}‏ ‏[‏البقرة‏:‏ 139‏]‏، وقد اتبع ذلك بموجبه ومقتضاه حيث قال‏:‏ ‏{‏أَنتُمْ بَرِيئُونَ مِمَّا أَعْمَلُ وَأَنَاْ بَرِيءٌ مِّمَّا تَعْمَلُونَ‏}‏‏.‏ ولو قدر أن فى هـذه السورة ما يقتضى أنهم لم يؤمروا بترك دينهم، فقد علم بالاضطرار من /دين الإسلام بالنصوص المتواترة وبإجماع الأمة أنه أمر المشركين وأهل الكتاب بالإيمان به، وأنه جاءهم على ذلك، وأخبر أنهم كافرون يخلدون فى النار‏

 

 

وقد أظهروا الرفض، ومنعوا أن نذكر على المنابر الخلفاء الراشدين، وذكروا عليـًا وأظهروا الدعوة للاثنى عشر، الذين تزعم الرافضة أنهم أئمة معصومون، وأن أبا بكر وعمر وعثمان كفار وفجار ظالمون، لا خلافة لهم، ولا لمن بعدهم‏.‏ ومذهب الرافضة شر من مذهب الخوارج المارقين؛ فإن الخوارج غايتهم تكفير عثمان وعلى وشيعتهما‏.‏ والرافضة تكفير أبى بكر وعمر وعثمان وجمهور السابقين الأولين، وتجحد من سنة رسول الله صلى الله عليه وسلم أعظم مما جحد به الخوارج، و فيهم من الكذب والافتراء والغلـو والإلحـاد ما ليس فى الخوارج، وفيهم من معاونة الكفار على المسلمين ما ليس فى الخوارج‏

 

 

anfuehrungszeichen-oben.gif Les Juifs et les Nazaréens en font partie. De même, ceux qui philosophent croient en certaines choses et mécroient en d'autres. Ceux des Juifs et des Nazaréens qui philosophent, leur mécréance demeure, de deux points de vue. Ceux-là, le plus loin que soit arrivé le plus grand de leurs vizirs, selon les vues de qui ils agissent, c'est être de ce type. C'était un Juif philosophant. Ensuite, il se rattacha à l'Islam avec ce qu'il y avait en lui de judaïsme et de la pratique de la philosophie, et il rejoignit ce Râfidisme-là. Celui-ci est le plus important des gens du calame qu'il y a chez eux, et celui-là le plus important des gens d'épée qu'il y avait chez eux. Que le croyant considère donc cela!

 

Ils ont divisé les gens en quatre divisions : yâr, yâghî, dânishmand et tât , c'est-à-dire «leur ami» et «leur ennemi», «le savant» et « e commun». Quiconque s'engage dans leur obéissance de l'Âge de l'Ignorance (al-jâhiliyya) et dans leur voie de mécréance est leur ami. Quiconque va à leur encontre est leur ennemi, fût-il des Prophètes d'Allah, de Ses Messagers et de Ses Amis. Toute personne qui se rattache à un savoir ou à une religion, ils l'appellent dânishmand, «savant», tels le Docteur et l'ascète, le prêtre et le moine, le rabbin des Juifs, l'astrologue et la magicien, le médecin, le scribe et le comptable...Ils incluent également le gardien des idoles...Tout ce qu'ils incluent là-dedans comme associateurs, Gens du Livre et innovateurs, nul ne le sait sinon Allah!


Il font des gens du Savoir et de la Foi une seule et même espèce. Ou, plutôt, ils font des Qarmates hérétiques, bâtinites, libres penseurs, hypocrites, tels At-Toussi et ses pareils, les gouvernants de l'ensemble de ceux qui se rattachent à un savoir ou à une religion- Musulmans, Juifs et Nazaréens. Ainsi leur impudent vizir dénomé Ar-Rachîd, « le bien dirigé », gouverne t-il ces diverses catégories de gens et donne t-il la préseance aux pires des Musulmans, comme les Râfidites et les hérétiques, sur les meilleurs des Musulmans, les gens du Savoir et de la Foi. C'est au point que la fonction de cadi des cadis est occupée par quiconque est plus proche de la libre pensée, de l'hérésie et de la mécréance en Allah et en Son Messager, de telle manière qu'il soit plus qu'un autre en accord, concernant ce qu'ils veulent, avec les mécréants et les hypocrites d'entre les Juifs, les Qarmates, les hérétiques, les Râfidites; et, s'agissant de la Loi de l'Islam, il donne l'apparence de ce dont il lui faut immanquablement donner l'apparence, du fait de ce qu'il y a là comme Musulmans.


Leur vizir , ce scélérat hérétique, hypocrite, a même composé un écrit dont le contenu est que le Prophète -qu'Allah prie sur lui et lui donne la paix- aurait agrée la religion des Juifs et des Nazaréens et ne les aurait pas réprouvés, qu'ils n'auraient pas été blâmés et ne se seraient pas vu prohiber leur religion et ordonner de passer à l'Islam. Et ce scélérat ignorant d'en vouloir pour preuve ces paroles du Très-Haut :

 

« Dis, ô mécréants • Je n'adore point ce que vous adorez • Pas plus que vous n'adorez ce que j'adore • Je n'ai jamais adoré ce que vous adorez • Et vous n'avez jamais adoré ce que j'adore • À vous votre religion et à moi ma religion ! »

(Sourate 109 – versets 1 à 6 )

 

 

Il a soutenu que ce verset impliquait que le Très-Haut agrée leur religion et a dit : « Ce verset est confirmé, il n'a point été abrogé ». En raison de quoi se produisit toute une affaire !

 

On le sait, ceci est, de sa part, de l'ignorance. Dans les paroles du Très-Haut : ﴾ À vous votre religion et à moi ma religion ﴿, il n'y a rien qui implique que la religion des mécréants soit vraie, ni qu'elle soit agrée. Cela prouve seulement Son désaveu de leur religion. Voilà pourquoi il a été dit à propos de cette sourate : « elle est un désaveu de l'associationnisme » . De même que le Très-Haut a dit dans cet autre verset :

 

«S'il te traitent de menteur, dis : "À moi mon action et à vous votre action ! Vous êtes innocents de ce que je fais, et je suis innocent de ce que vous faites".»

(Sourate 10 – Verset 41)

 

Ses paroles «À vous votre religion et à moi ma religion» sont donc comme Ses paroles «À moi mon action et à vous votre action», et Il a fait suivre cette affirmation de ce qu'elle entraîne nécessairement, de ce qu'elle implique, en disant : 'Vous êtes innocents de ce que je fais, et je suis innocent de ce que vous faites'.


À supposer même qu'il y ait en cette sourate quelque chose qui impliquerait qu'il ne leur a pas été ordonné d'abandonner leur religion, on saurait obligatoirement par le religion de l'Islam, de par les textes récurrents et le consensus de la communauté, que le Prophète a ordonné aux associateurs et aux gens du Livre de croire en lui, qu'il est venu à eux avec cela et qu'il les a informés qu'ils étaient des mécréants, qui seraient laissés pour l'éternité dans le Feu.

 

Ils ont affiché leur râfidisme et ont interdit de mentionner en chaire les califes bien-guidés. Ils ont mentionné 'Ali et ont ouvertement invité à croire aux douze que le Râfidites soutiennent être des imams préservés de toute tache, Abou Bakr, 'Omar et 'Outhmân étant des mécréants et des dépravés à qui, et aux succeseurs de qui, il n'appartenait pas d'être califes.

 

 

La doctrine des Râfidites est pire que celle des Kharijites renégats. Le plus loin que les Kharijites aillent, c'est traiter de mécréants 'Outhmân, et 'Ali et leurs deux factions. Les Râfidites, par contre, traitent de mécréants Abou Bakr, 'Omar, 'Outhmân, l'ensemble des «précurseurs » (as-sâbiqîn), des « premiers » (al-awwâlîn), et renient la Sounna du Messager d'Allah – qu'Allah prie sur lui et lui donne la paix- plus gravement encore que ne le font les Kharijites. Chez eux, il y a comme mensonge, forgerie, outrance, hérésie, quelque chose qu'il n'y a pas chez les Kharijites. Chez eux il y a, pour ce qui est d'aider les mécréants contre les Musulmans, quelque chose qu'il n'y a pas chez les Kharijites.


 

 

Ibn Taymiyya poursuit :

 

 

والرافضة تحب التتار ودولتهم؛ لأنه يحصل لهم بها من العز ما لا يحصل بدولة المسلمين‏.‏ والرافضة هم معاونون للمشركين واليهـود والنصارى على قتال المسلمين، وهم كانوا من أعظم الأسباب فى دخول التتار قبل إسلامهم إلى أرض المشرق بخراسان والعراق والشام، وكانوا من أعظم الناس معاونة لهم على أخذهم لبلاد الإسلام وقتل المسلمين وسبى حريمهم‏.‏ وقضية ابن العلقمى وأمثاله مع الخليفـة، وقضيتهم فى حلب مع صاحب حلب مشهورة يعرفها عموم الناس‏.‏ وكذلك فى الحروب التى بين المسلمين وبين النصارى بسواحل الشام، قد عرف أهل الخبرة أن الرافضة تكون مع النصارى على المسلمين، وأنهم عاونوهم على أخذ البلاد لما جاء التتار، وعز على الرافضة فتح عكة وغيرها من السواحل، وإذا غلب المسلمون النصارى والمشركين كان ذلك غصة عند الرافضة، وإذا غلب المشركون والنصارى المسلمين كان ذلك عيدًا ومسرة عند الرافضة‏.‏

ودخل فى الرافضة أهل الزندقة والإلحاد من ‏[‏النصيرية‏]‏ و‏[‏الإسماعيلية‏]‏ وأمثالهم من الملاحدة ‏[‏القرامطة‏]‏ وغيرهم ممن كان بخراسان والعراق والشام وغير ذلك‏.‏ والرافضة جهمية قدرية، وفيهم من الكذب والبدع والافتراء على الله ورسوله أعظم مما فى الخوارج المارقين الذين قاتلهم أمير المؤمنين على وسائر الصحابة بأمر رسول الله صلى الله عليه وسلم، بل فيهم من الردة عن شرائع الدين أعظم مما فى مانعى الزكاة الذين قاتلهم أبو بكر الصديق والصحابة‏.‏

 

 

وقد أجمع المسلمون على وجوب قتال الخوارج والروافض ونحوهم إذا فارقوا جماعة المسلمين، كما قاتلهم على ـ رضى الله عنه ـ فكيف إذا ضمـوا إلى ذلك من أحكام المشركين ـ كنائسًا ـ وجنكسخان ملك المشركين‏:‏ ما هو من أعظم المضادة لدين الإسلام، وكل من قفز إليهم من أمراء العسكر وغير الأمراء فحكمه حكمهم، وفيهم من الردة عن شرائع الإسلام بقدر ما ارتد عنه من شرائع الإسلام‏.‏ وإذا كان السلف قد سموا مانعى الزكاة مرتدين ـ مع كونهم يصومون، ويصلون، ولم يكونوا يقاتلون جماعة المسلمين ـ فكيف بمن صار مع أعداء الله ورسوله قاتلا للمسلمين‏؟‏‏!‏ مع أنه والعياذ بالله لو استولى هؤلاء المحاربون لله ورسوله، المحادون لله ورسوله، المعادون لله ورسوله، على أرض الشام ومصر فى مثل هذا الوقت، لأفضى ذلك إلى زوال دين الإسلام ودروس شرائعه‏.‏

 

anfuehrungszeichen-oben.gif Les Râfidites aiment les Tatars et leur empire. Grâce à lui en effet, il leur advient comme puissance quelque chose qui ne leur advient pas du fait de l'empire des Musulmans. Eux, les Râfidites, sont des auxiliaires des associateurs, des Juifs et des Nazaréens dans leur combat contre les Musulmans. Il a été parmi les raisons les plus importantes de la pénétration des Tatars, avant leur conversion à l'Islam, dans les terres de l'Est, au Khourâsân, en Iraq et en Syrie. Ils ont été parmi les gens qui les ont le plus aidés à prendre les pays de l'Islam., à tuer les Musulmans et à capturer leurs femmes. L'affaire d'Ibn Al-'Aqmanî et de ses semblables avec le calife, leur affaire à Alep avec le maître d'Alep sont célèbres; tout le monde les connaît. Et de même pour les guerres entre les Musulmans et les Nazaréens sur les côtes de Syrie: les gens d'expérience savent que les Râfidites étaient avec les Nazaréens contre les Musulmans et qu'ils les aidèrent à prendre leurs pays quand vinrent les Tatars. La reconquête d'Acre et d'autres places des côtes fut un coup dur pour les Râfidites. Lorsque les associateurs et les Nazaréens vainquent les Musulmans, c'est une occasion de fête et de réjouissance pour les Râfidites.

 

 

Toux ceux qui, des émirs de l'armée et autres, se précipitent vers ceux-ci, il en va d'eux comme de ces derniers et, en eux, il y a une apostasie des prescriptions légales de l'Islam. Les Prédécesseurs ont appelé «apostats» ceux qui refusaient de payer l'aumône alors même qu'ils jeûnaient, priaient et ne combattaient pas la communion des Musulmans. Qu'en sera t-il, dès lors, de ceux qui en sont venus, avec les ennemis d'Allah et de Son Messager se rendaient maîtres de la terre de Syrie et de l'Égypte en un tel moment, cela conduirait à la disparition de la religion de l'Islam et à l'oblitération de ses prescriptions légales.

 

 

Des Râfidites font partie les adeptes de la libre pensée et de l'hérésie – les Nousayris , les Ismaéliens et leurs semblables d'entre les les libres penseurs qarmates et autres se trouvant au Khourasan, en Irak, en Syrie, etc. Les Râfidites sont des Jahmites qadarites. Chez eux, il y a comme mensonge, innovations et forgerie à l'encontre d'Allah et de Son Messager quelque chose de plus grave que ce qu'il y a chez les Kharijites renégats que l'émir des Croyants, 'Ali, et le reste des Compagnons ont combattus sur ordre du Messager d'Allah -salla llahou 'alayhi wa sallam- Ou, plutôt, même, chez eux, il y a comme rejet des prescriptions légales de la religion quelque chose de plus grave que ce qu'il y avait chez ceux qui refusèrent de payer l'aumône et qu'Abou Bakr le Véridique et les Compagnons combattirent.

 

 

Il y a eu consensus des Musulmans sur la nécessité de combattre les Kharijites, les Rafidites et leurs pareils lorsqu'ils se séparent de la communion des Musulmans, ainsi qu'Ali les a combattus- qu'Allah soit satisfait de lui- Combien plus encore quand, en outre, ils souscrivent à ce qui, des règles des associateurs, et plus gravement contraire à la religion de l'Islam.

 

 

Source : http://www.pseudo-salafis.com/article-ibn-taymiyya-et-les-tatars-84638583.html

Commenter cet article